Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le lac des Settons en Morvan

Le lac des Settons est certainement le plus célèbre des lacs du Morvan. Comme ceux que nous venons de voir, il a été crée pour réguler les crues de la Seine mais aussi pour faciliter le flottage du bois destiné à chauffer les foyers de Paris. Son nom vient de la végétations rabougrie qui pousse sur ses rives et qu’en patois morvandiau, on appelle Cheuttons.

C’est déjà sous Louis XVI qu’on avait envisagé de construire un barrage à cet endroit mais ce n’est qu’en 1854 que les travaux ont débuté. En quatre ans, les barrage est terminé et les eaux de la Cure engloutissent les moulins et les maisons de la vallée.

Vers 1920 le bois de chauffage est remplaçé par le charbon et le flottage disparaît du lac des Settons. Laissé à l’abandon, il faut attendre que les congés payés et les vacances ramènent des plaisanciers sur le lac. Un camping s’y installe en 1956 et depuis il n’a cessé d’être aménagé. Le barrage est construit sur le principe d’un barrage de force, c’est à dire que ses fondations de 20m de large, en forme de pyramide lui donnent la stabilité nécessaire à la pression de l’eau. Il était, à l’époque de sa construction le plus imposant barrage de ce type construit en Europe.

Une petite maison construite pour héberger les ingénieurs lui donne une allure inhabituelle pour un barrage.

 A trois heures de route de Paris, les familles trouvent ici un lieu de détente et de plaisirs nautiques idéal. Le lac bruisse de rires et de cris d’enfants ce qui est très agréable mais aussi de bruits beaucoup moins harmonieux, ceux des ronronnements incessants des jet-skis.

Nous avons cependant passé un moment agréable dans cette ambiance de vacances à siroter un café.
 

La fréquentation intense a un revers négatif, c’est qu’elle produit une pollution qu’il faut gérer constamment.

Comme dans les autres lacs du Morvan, la pêche attire de nombreux adeptes de la truite fario, des brochets ou des carpes. Mais on ne peut s’empêcher de penser qu’ici, pendant de longues années, la fonction première de ce lac était le flottage du bois. Les hommes du Morvan ont abattu, préparé, charroyé des stères de bois à destination de Paris. Le bois était transporté selon la technique du flottage à bûches perdues.

Le flottage commençait le 1er novembre au moment de la foire de Château Chinon. Les troncs de sapins étaient débités en bûches de 1,14m de long. Chaque bûche était marquée à son extrémité d’une marque propre à l’exploitant.

Lorsque le volume d’eau le permettait, les bûches étaient propulsées dans les rivières par un jet d’eau selon un phénomène de « chasse d’eau ». Des hommes postés le long des rivières dirigeaient les bûches. Ils étaient appelés «  poules d’eau » ou encore « canardiers ». Au moment du flottage toute la famille s’équipait de « croc » et s’attelait au travail. Les bûches étaient arrêtées dans un village un peu en aval. Elles étaient sorties de l’eau et empilées sur les rives jusqu’à ce que qu’on en ait besoin. Des trains de 100m de long étaient constitués. Nous les avons déjà rencontrés à Clamecy.

En 2015 des bénévoles et des jeunes du service civique ont parcouru 267km sur des rndins de bois faisant ainsi revivre une tradition vieille de quatre siècles. Les troncs de bois ont emprunté le Canl du Nivernais, l'Yonne et la Seine à la vitesse de 6km/h. Ce trai de flottage a été l'occasion de fêtes et manifestations organisées tout le long du parcours.

Le flottage a cessé définitivement en 1924 concurrencé par le train et le charbon

Passez une belle journée ici ou là

 
 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manou 20/05/2019 12:09

Merci pour cette vidéo très intéressante ! j'avais vu un reportage à la TV sur ce flottage du bois. Nos ancêtres avaient des idées. En tous les cas ce lac est bien agréable pour les vacanciers :) Bon lundi et merci de ce partage

Taniélie 20/05/2019 13:37

Ce voyage dans le Morvan m'a passionnée car j'y ai découvert des aspects de la vie des nos arrières grands-parents que je ne soupçonnais pas. C'est loin de tout, un peu abandonné mais riche d'idées pour vivre ou parfois seulement survivre. Çà fait du bien de quitter parfois notre confort de penser avec notre environnement si durement conquis par nos ancêtres. Merci de ta visite.