Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Malbrough s'en va t'en guerre mironton, mironton....(Moselle)

Après quelques billets consacrés au Canada et à la Turquie, revenons sur notre beau continent.

Vous connaissez la chanson, bien sûr mais savez vous que Malbrough a vraiment existé et qu'il a, malgré lui, rendu un château de Lorraine très célèbre. 

Dans le pays des "3 frontières", à un jet de pierres du Luxembourg et de l'Allemagne, l'imposant château de Meinsberg domine la vallée de la Moselle et le village de Manderen.

Le château de Malbrough

De Meinsberg à Malbrough

Je vous raconte comment cette forteresse est entrée dans la légende.

La Lorraine a toujours été un lieu de passage et de migration des peuples. Déjà traversée par la voie romaine qui reliait Trèves (Trier) à Lyon, elle était un axe de passage et de commerce.

Des forteresses militaires, installées aux endroits stratégiques, étaient donc indispensables pour conserver un minimum de stabilité à cette région perpétuellement tiraillée entre les pays frontaliers.

C'était la vocation du château-fort de Meinsberg mais un événement, peu courant, va lui donner une célébrité inattendue.

Château de Malbrouck

Pendant la Guerre de la succession d'Espagne, au début des années 1700, La grande Alliance se ligue contre la France et l'Espagne. Il faut dire que Louis XIV a multiplié les provocations en désignant son petit fils comme nouveau roi d'Espagne sous le nom de Philippe V. ce qui agace les autres monarchies européennes c'est qu'il lui réserve aussi le royaume de France au cas où sa propre succession ne serait pas assurée. 

La coalition contre les français est menée par un anglais, John Churchill, duc de Malborough, adversaire acharné de Louis XIV. C'était d'ailleurs un ancêtre de Winston Churchill. Les Français le surnomment Malbrouck. Il choisit, en 1709 d'envahir le royaume de France en passant par la vallée de la Moselle et installe son quartier général à Meinsberg avec 100 000 soldats.

Face à lui, Villars défend la frontière française mais n'a que 50 000 hommes et ne peut donc pas attaquer. Malbrouck, lui, attend un moment propice et des renforts allemands. S'en suit une longue observation en face à face. 

Fichier:John Churchill Marlborough porträtterad av Adriaen van der Werff (1659-1722).jpg

Le duc de Malborough a l'air valeureux, courageux, prêt à guerroyer, sur ce tableau n'est-ce-pas?

Pas si sûr...

Les renforts tardent, dix jours passent, les vivres commencent à manquer dans la forteresse, les soldats désertent l'un après l'autre. Malborough se retrouve bien incapable d'attaquer. Il prend alors la décision de se replier sur Trèves en Allemagne.

C'est donc une nuit où  brouillard était épais que Malborough et ce qui lui restait de troupes quittèrent discrètement le château.

 

Quelle surprise pour les soldats français quand, au petit matin quand ils constatent que leur ennemi a déserté. Ils se mettent rapidement à railler cette attitude peu courageuse et imaginent même les paroles d'une chanson. Celle là même qui traversera les siècles pour arriver jusqu'à nos enfants.

 

Mais  il en existe des milliers de chansons de soldats qui sont tombées dans l'oubli, Pourquoi celle-ci est-elle arrivée jusqu'à nous?

Eh bien par des reprises très inattendues!

A la cour de Louis XVI, la nourrice du Dauphin, une femme lorraine qui s’appelait Geneviève Barbier   aimait chanter cette chanson de son pays pour endormir le bébé royal. Si bien que toute la cour se met à chanter le refrain de cette chanson entraînante. 

L'air devient tellement célèbre que la reine Marie-Antoinette, elle même le joue au clavecin. Puis bientôt c'est Beethoven dans "La victoire de Wellington" et même Beaumarchais dans "le Mariage de Figaro" qui l'ont repris dans leurs oeuvres! On dit même que Napoléon la fredonnait souvent.

 Allez, laissons nous aller à un peu de nostalgie avec ces belles images d'Epinal qui représentent la Cour fredonnant la chanson.., les paroles à fredonner et Dorothée qui chante pour Récréamis ( en bas de page)

 

Malborough s'en va t'en guerre en  image d'Epinal

Malbrough s'en va-t-en guerre

 

Malbrough s'en va-t-en guerre
Mironton, mironton, mirontaine,
Malbrough s'en va-t-en guerre
Ne sait quand reviendra (bis)


Il reviendra-z-à Pâques
Mironton, mironton, mirontaine
Il reviendra-z-à Pâques
Ou à la Trinité (bis)


La Trinité se passe,
Mironton, mironton, mirontaine,
La Trinité se passe
Malbrough ne revient pas (bis)


Madame à sa tour monte
Mironton, mironton, mirontaine,
Madame à sa tour monte
Si haut qu'elle peut monter (bis)


Elle voit venir son page,
Mironton, mironton, mirontaine,
Elle voit venir son page
Tout de noir habillé (bis)


Beau page, mon beau page
Mironton, mironton, mirontaine,
Beau page, mon beau page
Quelles nouvelles apportez ? (bis)


Aux nouvelles que j'apporte
Mironton, mironton, mirontaine,
Aux nouvelles que j'apporte
Vos beaux yeux vont pleurer (bis)


Quittez vos habits roses
Mironton, mironton, mirontaine,
Quittez vos habits roses
Et vos satins brochés (bis)


Monsieur Malbrough est mort
Mironton, mironton, mirontaine,
Monsieur Malbrough est mort
Est mort et enterré (bis)


J'l'ai vu porter en terre,
Mironton, mironton, mirontaine,
J'l'ai vu porter en terre
Par quatre-z-officiers (bis)


L'un portait sa cuirasse
Mironton, mironton, mirontaine,
L'un portait sa cuirasse
L'autre son bouclier (bis)


L'un portait son grand sabre,
Mironton, mironton, mirontaine,
L'un portait son grand sabre
L'autre ne portait rien (bis)


A l'entour de sa tombe
Mironton, mironton, mirontaine,
A l'entour de sa tombe
Romarin fut planté (bis)


Sur la plus haute branche
Mironton, mironton, mirontaine,
Sur la plus haute branche
Un rossignol chantait (bis)


On vit voler son âme
Mironton, mironton, mirontaine,
On vit voler son âme
Au travers des lauriers (bis)


La cérémonie faite
Mironton
La cérémonie faite
Chacun s'en fut coucher (bis)


Les uns avec leurs femmes
Mironton, mironton, mirontaine,
Les uns avec leurs femmes
Et les autres tout seuls !


J'n'en dis pas davantage
Mironton, mironton, mirontaine,
J'n'en dis pas davantage
Car en voilà-z-assez (bis)

 

Aujourd'hui, le château de Meinsberg est couramment appelé Malbrouck. Cette forteresse, construite au XVème  a été particulièrement bien rénovée par le Conseil Général de Moselle. De nombreuses expositions et des manifestations historiques y sont fréquemment organisées.

 

Le château de Malbrough

 

Je vous souhaite une très belle journée 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

En route Simone 14/03/2018 22:14

Mais c'est chez moi ça !!!!

Taniélie 14/03/2018 22:59

Ce n'est pas chez moi mais c'est le pays de mes ancêtres....C'est certainement pourquoi j'aime particulièrement cette région.

Nell 19/11/2017 19:42

Et voilà qu'à présent je vais la fredonner toute la soirée, moi. En plus tu nous mets Dorothée, que de souvenirs... Un grand merci pour tes explications. Belle soirée et gros bisous