Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une belle journée ici ou là

Des balades, des voyages, ici ou là , au jour le jour avec pour seule envie de s'émerveiller encore et encore

4 - La traversée des Monts Taurus vers la Cappadoce

Il fait gris et triste chez moi. On attend même la neige. Je repartirais bien en Turquie me réchauffer un peu. Quoi que.... nous avons rencontré de la neige en mai, en Turquie!  Nous partons pour une longue journée de route. 

Ce matin là nous quittons tôt la côte Méditerranéenne de la Turquie et la provnce d'Antalya  en direction de la Cappadoce. Un dernier regard sur la mer, elle est bleu,  et parfaitement calme. Nous approchons rapidement les contreforts des Monts Taurus.

La route traverse des plantations de bananes et une halte, bienvenue, nous permet de les savourer. Si elles sont plus petites que celles que l'on consomme habituellement chez nous, elles sont savoureuses et peu farineuses.

Mais que photographient donc nos amies touristes?

Eh bien de jolis reflets du soleil levant qui traversent des pots de miels dorés.

Je découvre aussi la saveur des graines de caroubes  à la saveur poudrée, un peu comme la chataîgne. Elles sont très utilisées dans la région pour confectionner des gâteaux.

Tout au long de la route des femmes vendent leur production de fruits ou confectionnent des sortes de larges crêpes cuites sur place pour restaurer les voyageurs. Nos baraques à frites, en somme!

 

La route s’élève rapidement et on quitte les pins et les palmiers pour une végétation de montagne. Les cèdres, immenses, ponctuent le paysage de leur allure fière et de leur couleur vert-bleu sombre.

Si le cèdre du Liban a pratiquement disparu du Liban, il colonise encore largement les Monts Taurus entre 1400  et 2000 mètres d'altitude. Avec l'altitude le temps change et la pluie se fait plus dense.

Sur les pentes arides, rocailleuses, ce sont d'importants troupeaux de chèvres et de moutons qui animent le paysage de leurs couleurs blanches ou sombres.

Savez-vous que la Turquie est le pays au monde qui élève le plus de chèvres et de moutons : 75 millions ! Un tiers d'entre-eux seront sacrifiés pour les diverses fêtes religieuses!

La Turquie produit beaucoup de laine et nos fournisseurs français bien connus (Phildar par exemple) s'approvisionnent largement dans ce pays. Des entreprises spécialisées comme Ice yarns se sont organisées pour expédier directement leur production de laine dans le monde entier en 24h (par UPS) et à un tarif exceptionnel. J'ai testé, c'est parfait!

Plus on monte, plus le soleil nous abandonne. Et c'est enfin la neige qui apparaît sur les hauteurs, puis les bas côtés. La route s'élève ici jusqu'à 1525 m

Au col, une immense station-service permet à chacun de reprendre son souffle, se restaurer avant de repartir pour plonger vers  le plateau anatolien. C'est une immense station service dont le but est de nous faire dépenser un peu d'argent mais rien ne vous y oblige!

Les jus d'orange coulent à flot, les grenades sont attirantes. Pour moi ce sera abricots secs et pistaches (chères mais avec un goût incomparable!). Elles me rappellent celles que nous mangions en Iran il y a.... bien longtemps.

Une mention spéciale pour la propreté des toilettes, impeccables et constamment nettoyées; l'odeur d'eau de javel atteste de la confiance que l'on peut avoir. Nos stations d'autoroute feraient bien de copier...

Nous redescendons des Monts Taurus par leur versant Nord. Nous voici maintenant en Anatolie entre Tigre et Euphrate. Cela vous rappelle certainement vos leçons d'histoire. Le taureau est en Moyen Orient le symbole de l'orage et les orages étaient jadis très attendus car l'eau qui tombait en abondance grossissait le Tigre et l'Euphrate jusqu'à les faire déborder et inonder les terres en les fertilisant. Le taureau donna ainsi son nom à cette chaîne montagneuse.

Les montagnes étaient encore, il y a quelques dizaines d'années infestées de loups, d'ours et jusqu'au XIXème siècle les lions infestaient cette région. Les légendes, plus terribles les unes que les autres, persistent sur les mésaventures survenues aux voyageurs. Nous sommes bien à l'abri dans notre car, confortable et notre chauffeur est tout bonnement excellent.

Si aujourd'hui, nous avons emprunté une route large et en parfait état, le passage de l'Anatolie  vers la côte été bien longtemps très difficile. C'est d'ailleurs ce qui a permis à la Cappadoce de rester préservée pendant des siècles pour nous permettre, aujourd'hui, de découvrir des paysages et une population authentiques.

 C'est le lac romantique de Beysehir que l'on domine maintenant.

Mais dans la vallée le paysage change et le soleil revient.

On retrouve des villages, des prairies, des collines aux courbes douces. C'est cela le plateau anatolien.

 

Qu'allons nous découvrir à la prochaine étape?  Nous verrons bien. Profitons du paysage  qui se déroule comme un long ruban ondulé.

Profitez de beaux voyages, de belles balades ou de rêves lointains.

Merci de votre visite

Et si vous avez envie de poursuivre la visite de la Cappadoce,

un clic ICI   

vous permet d’accéder directement à la vingtaine d'articles. 

Merci de toutes vos visites

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article