Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La maternité suisse d'Elne, au château d'en Bardou

Voilà bien un endroit émouvant. 

A l'entrée de la petite ville d'Elne, au pied du massif des Albères, un court chemin bordé de champs cultivés d'oignons et d'artichauts arrive au pied d'un château de briques orné en style art nouveau de bandes de céramiques colorées.

Un peu à l'image des folies dont raffolaient la riche bourgeoisie, le château est surmonté d'une verrière en forme de dôme surmontée d'une galerie. Il comprenait à l'origine quatre ailes identiques formant une croix. Deux faces ont disparu depuis.

Résultat de recherche d'images pour "maternité suisse"

Le château d'en Bardou a été construit en 1901 par le petit fils du créateur du papier à cigarette JOB. Nous sommes ici à mi-chemin entre Perpignan et la frontière espagnole. Vaste et élégant, ce n'est pourtant pas son architecture qui l'a fait classer aux Monuments Historiques. C'est le courage et l'audace d'une femme Elisabeth Eidenbenz, jeune institutrice suisse de 24 ans qui a, en quelques années, inscrit cet endroit dans l'histoire du Roussillon.

La Retirada :

En 1939, l' Espagne connait un exode massif. Les Républicains fuient la dictature de Franco. Des familles passent la frontière par centaines de milliers pour échapper au régime franquiste. Ils franchissent la frontière à différents endroits de la montagne et arrivent en masse dans la plaine du Roussillon.

C'est au total 500 000 espagnols qui arrivent en seulement quinze jours dans un département qui ne compte que 240 000 habitants. La région n'est pas en mesure d'absorber ce flux de migrants.

Des camps de fortune insalubres sont installés à la hâte sur les plages, sans eau, sans sanitaires. Il y fait froid et l'hygiène est déplorable. Les femmes qui accouchent dans ces conditions meurent en grand nombre. Les bébés naissent en état de faiblesse telle qu'il n'ont pas la force de s'alimenter. Le taux de mortalité est de 50%.

La Croix Rouge Suisse, présente dans la région s'émeut de cette tragédie et tente d' organiser  de meilleures conditions d'accouchement à ces femmes et donner aux bébés de meilleures chances d'entrer dans la vie.

 

Elisabeth Eidenbenz,  jeune bénévole de la Croix Rouge suisse, consacrera toute sa vie à cette cause.

La Croix Rouge Suisse ayant loué ce château inhabité, ce sont plus de cinq cents enfants qui vont y naître et y être élevés dans  les meilleures conditions.

Au fil des salles, des panneaux et de belles photos retracent les conditions de vie de ceux qui ont subi la retirada et la volonté des bénévoles à offrir des moments plus doux et joyeux au sein de ce château.

 

Après les images si dures de la retirada, les photos des enfants sont touchantes d'humanité. 

 

 

Il n'y eut pas que des futures mères espagnoles qui furent accueillies ici. Des femmes juives et tziganes échappant au régime nazi ont trouvé refuge ici. Pour échapper à l'inquisition des allemands qui surveillaient l'activité de la maternité. on donnait aux enfants des prénoms français ou espagnols. 

Ce sont plus de 500 enfants de quinze nationalités qui sont nés dans cette maternité entre 1939 et 1944 date de fermeture sur ordre des allemands.

 

Le château a été acheté par la ville d'Elne et a ouvert ce musée en 2011. 

Accompagnés par le souffle du vent qui sifflait ce jour là avec force, on a, de la verrière, une vue à 360° sur les environs.

 

 

Il est temps de redescendre en faisant un peu de place dans notre mémoire pour ce moment douloureux.

Elisabeth Eidenbenz fût reconnue Juste parmi les justes en 2002, reçut la Creu de San Jordi en 2006, la Légion d'honneur en 2007. Elle est morte en Suisse en 2011.

Je vous avais dit que c'était une visite émouvante. 

Faites de belles balades et passez une belle journée ici ou là

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

En route Simone 19/05/2018 08:33

Merci beaucoup pour ce billet !! Sincèrement.
Je connais l'histoire de la maternité d'Elne depuis une vingtaine d'années seulement. C'était lorsque je suis allée la visiter. L'histoire est très touchante. Il ne faut pas oublier. Et c'est pour cela que je trouve très bien qu'elle soit relayée.

Bon week end

Taniélie 19/05/2018 14:03

Merci de ce commentaire. J'ai été très touchée par la visite de ce lieu. J'habite une toute autre région et je n'avais jamais entendu parler de cet endroit et de cette histoire. je regrette aussi qu'on ne sache pas mettre en avant ces initiatives d'hommes et de femmes courageux. Ce serait une réponse au pessimisme ambiant.. A bientôt le plaisir de lire des billets sur le Portugal. Bonne fin de semaine