Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rogny les sept écluses en Puisaye

Aujourd'hui, je vous propose de quitter le Morvan pour faire une halte, pas bien loin, en Puisaye.  Dans un très joli village ou coulent le Loing  et le canal de Briare, nous avons découvert un ouvrage étonnant qui "mérite le détour" comme pourrait le dire le célèbre guide vert.

Le canal de Briare est connu pour son pont-canal, le plus long du monde,  mais il  recèle d'autres ouvrages remarquables. 

C'est à la sortie du village qu' on remarque, à flanc de colline,  un drôle de canal qui débouche sur... rien. Je vous explique pourquoi. Venez, on va  voir de plus près.

 

Un ambitieux projet de Henri IV

Voilà quatre cents ans que Henri IV et son ministre Sully imaginait un projet un peu fou. Dans le but de faciliter la circulation des marchandises dans le royaume, ils eurent comme ambition de relier la Méditerranée à la Manche et à l'Océan atlantique. Le trajet emprunterait les voies fluviales et des canaux seraient construits pour compléter le trajet. 

Plusieurs problèmes se posèrent mais le plus important se posa ici, en Puisaye. 

A la ligne de partage des eaux, les bassins de la Loire et de la Seine étaient séparés par une colline haute de 25 mètres, une hauteur diffcilement franchissable. C'est Hugues Cosnier qui proposa une solution. Il projeta de franchir les 25 mètres par des échelles de six écluses successives  qui seraient alimentées par les étangs de Puisaye tout proches.  Une idée déjà découverte par.... Léonard de Vinci qui en avait  dessiné le principe sans qu'il ait été appliqué. 

C'est l'occasion de comprendre comment fonctionnent les écluses.

Le principe de l'écluse

Résultat de recherche d'images pour "les ecluses rogny schema"

 

Le principe d'une échelle d'écluses

Résultat de recherche d'images pour "schema echelle d'écluses"

Un diaporama en lien en bas de page permet de comprendre le système.

La construction débuta en 1597 et ce sont 12 000 hommes qui ont creusé, à la pioche et à la  pelle, transportant la terre dans de simples paniers.  6000 hommes de troupe leur apportaient aide et sécurité. 

Les travaux  progressent bien et en 1608 Henri IV vient constater l'avancement du chantier mais... en 1610, Ravaillac assassine le roi laissant le pays exangue et faute de ressources suffisantes le chantier des écluses  est arrêté. 

Débute ensuite  une longue période d'oubli. Louis XIII doit faire face à la guerre de Trente Ans  et il laisse le chantiers aux mains des vandales qui pillent les matériaux. Le projet aurait bien pu s'arrêter là mais....

Des travaux enfin terminés

Heureusement pour les écluses, des financiers ont imaginé les profits qu'ils pourraient retirer en  reprenant et terminant les travaux.

Ils fondèrent la Compagnie des Seigneurs du Canal et obtinrent, par lettre patente du roi, le droit de reprendre la concession des écluses. Des conditions particulières leur furent imposées comme terminer l'ouvrage dans un délai de quatre ans et prévoir un coche d'eau qui transporterait des passagers. Ils pourraient, ensuite, encaisser des droits de passage de cinq sols par bateau. 

Quarante cinq ans après le début des travaux, l'ouvrage de 25 mètres de haut et 250 mètres de long fut enfin terminé. Louis XIII en fût tellement satisfait qu'il a anobli les nouveaux gestionnaires. 

Pour encourager le transport, le roi propose une gratification de 100 sols au premier bateau  qui naviguerait sur le canal de "Loyre en Seyne". Marchandises et voyageurs commencent à être acheminés vers Paris dès 1642. Un passager célèbre : (mon illustre voisin), un clic ICI le cardinal de Richelieu, gravement malade, choisit le coche d'eau, tendu de rouge pour l'occasion, pour rejoindre Paris où il mourra peu après.

On dit que c'est lui qui demanda à ce que les berges soient plantées d'arbres pour que les hâleurs, souvent de jeunes enfants soient protégés du soleil.

     

Les haleurs tirent les bateaux  à l'aide de cordes attachées à la proue et à un harnais qui leur barre la poitrine à partir du chemin de halage empruntant les escaliers  qui encadrentde chaque côté du canal Deux hommes peuvent tirer un bateau vide sur 35km chaque jour.

Les escaliers de halage
Rogny-les-sept-écluses, l'escalier de halage

Deux siècles de prospérité.

Au milieu du XIXème siècle,  3000 à 4000 bateaux empruntent les écluses chaque année.  L'ouvrage a été agrandi et comprend maintenant 7 écluses.

Les sept écluses de Rogny

Les écluses qui mesurent 28 m de long ne mesurent que 4,8 m de large ne permettent pas aux bateaux de se croiser aussi les embarcations naviguent par "trains"  en respectant un ordre précis. Les bateaux transportant des vivres ayant priorité pour ceux transportant du charbon ou du bois par exemple.

Les trains de bateaux mettaient une demi journée à parcourir le dénivelé provoquant des embouteillages interminables  pour certaines marchandises non prioritaires. C'est probablement son succès qui va être à l'origine de sa désaffection.

Les temps d'attente étaient  aussi dûs aux difficultés de remplissage des écluses, les étangs de puisage n'arrivant pas à fournie l'eau nécessaire au remplissage.

Si on ajoute que Napoléon III impose de nouvelles normes aux navires, la navigation par les écluses de Rogny devient tellement problématique que de nouvelles écluses sont construites sur un trajet plus long et contournant la colline. 

En 1880, la navigation cesse et les écluses de Rogny ne seront bientôt plus alimentées en eau et perdront définitivement eur accès au canal de Briare.

Il en reste une structure  monumentale aux détails ingénieux. 

photo de l'Yonne républicaine

Rogny les sept écluses en Puisaye
Rogny les sept écluses en Puisaye

Le village est très agréable, je vous en parlerai une prochaine fois. 

 

Passez une belle journée, ici ou là. prenez-soin de vous

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manou 14/05/2019 08:42

Merci pour tes explications. Nos ancêtres avaient fourni un travail gigantesque que nous nous devons de conserver même si nous ne nous en servons plus. C'est tellement beau. Si un jour je vais par là-bas je ne manquerai pas d'aller admirer ce coin que je ne connais pas. une belle journée

l'Univers d'Erika 15/10/2018 12:51

Sujet très intéressant en effet !
Le constat est évidemment bien triste aujourd'hui...
L'ouvrage est gigantesque et magnifique.
Merci pour ce beau partage d'une région méconnue pour moi.
Et merci de ton post sur mon article des pierreux de Crazannes.
Bonne et belle journée

Taniélie 15/10/2018 17:47

Oui, c'est vraiment gigantesque. Ca représente un tel travail et tant d'hommes impliqués qu'on a effectivement un devoir de mémoire. Merci de ton passage. Belle journée

Nell 13/10/2018 15:30

Oh! là!là! que c'est triste de constater cela après ce travail de titan fourni par des hommes. C'est une mémoire qu'il faut garder et tu as bien raison de nous le montrer. Gros bisous et excellent week-end

Taniélie 15/10/2018 17:35

Quand tu reviendras vers chez moi fais moi signe;
Tout ces travaux devenus inutiles sont bien tristes mais c'est la rançon du progrès. Belle journée

virjaja 13/10/2018 13:15

incroyable ce travail!!! merci pour les explications, et qu'est ce que c'est beau. bises, passe un beau week-end. cathy

Taniélie 13/10/2018 13:41

Il y a toujours un peu de tristesse à voir un tel travail devenu inutile mais c'est important, je crois, de garder la mémoire de ces pièces..Il me tarde de retourner dans ta belle région. Je marcherai bien sur la plage.... Bises et bon week-end