Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une belle journée ici ou là

Des balades, des voyages, ici ou là , au jour le jour avec pour seule envie de s'émerveiller encore et encore

La Chapelle d'Angillon et la principauaté de Boisbelle (Cher)

La route de nos vacances ne suit (heureusement) pas toujours les autoroutes et c’est bien ainsi car cela nous permet de faire de bien belles découvertes Elle emprunte donc parfois des chemins de traverse. Il lui arrive de suivre le chemin des écoliers et parfois même, elle fait l'école buissonnière. C'est ce que nous avons fait au mois d’août 2018 sur le chemin de nos vacances vers la savoie. Un  grand détour (de quatre jours quand même) nous a permis de découvrir de bien jolis coins, de belles forêts, des lacs, des villages médiévaux, des sites historiques, et des ouvrages d'art exceptionnels.

C’est un bel étang entouré d’allées ombragées et dominé par le donjon d’un château qui nous invite à un premier arrêt. Nous sommes à une trentaine de kilomètres de Vierzon, dans le Cher.

 

  C’est au XIème siècle que Gilon de Seuly a fait élever un premier donjon. Par la suite divers bâtiments y ont été ajoutés le transformant en une imposante et belle demeure seigneuriale. S’il n’a pas un passé royal, on y croise cependant des personnages célèbres.


Le premier serait à l’origine du village qui se serait développé à cet endroit grâce à un ermite grec, Jacques de Saxeau qui, élevé dans la foi catholique, et fuyant la crise des iconoclastes est arrivé ici, cherchant un endroit pour éprouver sa foi dans la solitude et le silence. Des moines lui ont indiqué ce vallon reculé de la Petite Sauldre. Il s’y plu et s’y installa. Très apprécié pour les conseils qu’il prodiguait à ceux qui venaient le consulter parfois de très loin, il fût vénéré dans toute la région puis sanctifié.

La ville se développa montrant une certaine prospérité, si bien que le château est devenu au fil du temps, le siège d’une principauté autonome, indépendante du royaume de France mais … minuscule : La principauté souveraine d’Henrichemont et de Boisbelle.

Une principauté en Berry

 

Pendant mille ans, le prince y a exerçé la haute et la basse justice, et y a même battu sa propre monnaie. On y vivait (bien!) exempté des charges et obligations habituellement subies par les villes du royaume. Des lettres patentes royales ont régulièrement dispensés les habitants, de taille, de gabelle, de service militaire et de corvée et cela a duré près de mille ans.

En 1605, Maximilien de Béthune, plus connu sous le nom de Sully, le riche et célèbre ministre de Henri IV, (sans lien avec Seuly le premier propriétaire) achète la seigneurie de Boisbelle en même temps que d’autres domaines environnants. Il décide alors que sa principauté doit avoir une capitale qu’il imagine comme une ville idéale.

 Henrichemont, une capitale berrichonne

Résultat de recherche d'images pour "principauté de Boisbelle"

Richelieu reprendra plus tard cette idée de ville idéale lorsqu’il fera construire la ville de Richelieu. Sully appellera sa capitale Henrichemont (en hommage à son roi, Henri IV) et elle sera construite selon un plan géométrique rigoureux.

 

Le 13 avril 1609, la première pierre de la capitale est posée en présence du roi et sous la direction de l’architecte Hugues Cosnier (le constructeur du canal de Briare). Reste à peupler sa nouvelle ville. Sully aidera les tanneurs et les potiers à s’y installer. La tradition du grès est encore très présente dans la région.

Làs, Henri IV est assassiné et Sully perd son mentor.

La ville végète et en 1766, Louis XV achète le domaine et du même coup abolit tous les privilèges attachés à la principauté. La ville est rapidement désertée et n’est plus aujourd’hui qu’un village sans grand attrait.

Alain Fournier et le Grand Meaulnes

La chapelle d’Angillon est aussi la ville de naissance d’Alain Fournier, l’écrivain du Grand Meaulnes qu’on s’imaginerait voir surgir au détour de chaque chemin tant ses descriptions du village sont fidèles. Le musée est maintenant installé dans le château.

« Le Grand Meaulnes » est classé parmi les dix livres les plus importants du XXème siècle, devançant même « L’écume des jours » de Boris Vian.

J’aurai pu aussi parler de la Princesse de Clèves et du Duc de Nemours (les vrais pas ceux du livre!) qui ont vécu ou sont passés par ici.

 

Le village médiéval a encore de belles maisons et le lieu est agréable. Par des liens d’amitié avec l'ex famille royale d’Albanie, le château présente une exposition sur ce pays. Après cette première étape, imprévue mais qui nous a offert des rencontres historiques inattendues, nous reprenons notre chemin pour retrouver la « route Jacques Coeur » et découvrir, pas bien loin, le château de la Verrerie.

Le beau temps arrive, nous allons pouvoir reprendre le chemin de nos découvertes...

Passez une belle journée et prenez soin de vous.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nell 04/05/2019 18:08

J'adore et tu vois les chemins de traverse sont pour moi aussi. Je prends rarement les autoroutes. Le coin est vraiment superbe. un grand merci aussi pour tes renseignements. Beau week-end!!!