Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saint-Fargeau et Jean d'O ( Yonne)

Nous faisons un détour dans l'Yonne, par Saint-Fargeau pour découvrir son château et, au passage, nous pourrons avoir une pensée pour celui qui était un immortel et qu’on pouvait (ou voulait) croire vraiment immortel tant il incarnait la France. avec justesse. Jean d’Ormesson est mort en décembre dernier, la veille de la mort de Johnny Haliday. Ce qui a fait dire alors « Deux voix se sont éteintes ».

On pénètre dans le village par une porte surmontée d’une belle tour à l’horloge et on arrive sur la place du château de briques rouges. Un pont de pierre enjambe les anciennes douves et conduit à la porte encadrée de deux grosses tours jumelles.


Saint-Fargeau, c’est bien sûr le château où Jean d’Ormesson a passé ses vacances d’enfance mais, à l’origine, c’était une simple forteresse construite en 980 par l’évêque d’Auxerre pour lui servir de rendez-vous de chasse dans les forêts giboyeuses de Puisaye.

Le domaine est ensuite passé de main en main, et a même fait un court passage dans celle de Jacques Cœur qui s’en cependant débarrassé rapidement.

C’est finalement Antoine de Chabannes qui lui a donné sa forme actuelle, pentagonale, avec 6 tours de briques roses surmontées de clochetons.

La cousine germaine de Louis XIV, la duchesse de Montpensier, mieux connue sous le nom de Grande Mademoiselle en a hérité et est venue s’y réfugier après la fronde. Elle l’a fait réaménager par François Le Vau (architecte de Versailles), le transformant au goût du jour en remaniant les façades intérieures.

Le château brûlera en 1752, détruisant les aménagements luxueux de la Grande Mademoiselle. Pour sa reconstruction la charpente nécessitera la coupe de 60 hectares de la forêt de Tronçais. (ça ne devait pas trop paraître car elle en compte 10 000  mais quand même !)

Les deux propriétaires suivants nous sont mieux connus.

Depuis 1713, c’est la famille Lepeletier qui est propriétaire du domaine. La mère de Jean d’Ormesson en a hérité, ce qui a permis à ses fils d’y passer des vacances à courir dans le parc et dans les forêts.

Jean d’Ormesson écrira plus tard « Au plaisir de Dieu » un ouvrage consacré à ce lieu qu’il aimait tant. Le domaine se dégradait de plus en plus et la famille n’avait plus les moyens de l’entretenir. Elle dû se résoudre à le vendre.

image de guedelon.fr

Jean d’Ormesson écrira :

«Les splendeurs de Saint-Fargeau réclamaient de l’argent. Il venait de la terre. Mieux encore : des forêts. Les forêts avaient quelque chose de plus profond que le blé ou les vignes. les briques roses sous le soleil, les ardoises sous la pluie étaient nourries des chênes qui nous appartenaient. La forêt s’étendait sur trois départements : un bon bout d‘Yonne, un bout de Nièvre et un bout de Loiret. Elle entretenait les jardiniers, les cuisiniers, les marmitons, les écuries, les chevaux, les valets de chiens, les fêtes, les chasses à courre. Quand le malheur des temps a rompu l’équilibre, il a bien fallu vendre. Si on vendait la forêt, le château s’écroulait. On a vendu le château. Et la forêt aussi, par-dessus le marché. Dieu nous abandonnait : il nous enlevait nos biens. Mon père était déjà mort. Ma mère allait mourir de la mort du château. Rompre avec les choses réelles, ce n’est rien. Mais rompre avec les souvenirs !… Le coeur se brise à la séparation des songes ».

Il fallut attendre 1979 pour que le château soit finalement acheté par Michel Guyot pour le rénover et l’ouvrir au public. Le bâtiment est en piteux état mais toute la famille s’attelle à la rénovation et le château est bientôt partiellement ouvert au public. Un spectacle son et lumière grandiose s’y déroule maintenant chaque été avec un grand succès.

Forte de sa réussite à redonner vie à Saint-Fargeau, la famille Guyot s’est lancée dans la rénovation de la forteresse de Guédelon toute proche et y organise des chantiers de découverte des châteaux-forts. Elle vient également, très récemment de s’investir dans la sauvegarde de l’abbaye de la Réau dans la Vienne et de l’ouvrir au public avec des animations de découverte de la vie monastique pour les enfants.

Nous quittons la Puisaye et Saint-Fargeau en nous promettant d’y revenir pour y passer davantage de temps. Nous reprenons la route pour, enfin arriver dans le Morvan mais c’est sans regret pour le temps passé en chemin car nous avons découvert des endroits charmants et attachants.


Passez une belle journée et faites de belles balades.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yan 31/01/2020 08:58

Merci pour tous ces partages concernant les châteaux. Ils sont tous magnifique et méconnus pour ma part. J'ai maintenant plusieurs destinations à cocher sur mon planning voyage :-)

Taniélie 31/01/2020 10:27

Merci de partager mes balades. Il suffit parfois de se laisser porter par ses pas pour découvrir des endroits magnifiques qu'on ne soupçonnait pas ou qu'on avait oubliés. Les beaux jours vont revenir et avec eux de nouvelles découvertes et peut-être de nouveaux articles... très belle journée Yan