Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans la cathédrale de Nantes.....

J'ai pourtant encore beaucoup de choses à vous raconter sur le Morvan mais nous étions la semaine dernière dans la belle ville de Nantes, le soleil était au rendez-vous (le froid aussi...) et comme nos rendez-vous nous laissaient un peu de temps libre, nous avons flâné dans la vieille ville.

Et qui dit vieille ville dit cathédrale. Et elle était belle la cathédrale Saint Pierre et Saint Paul de Nantes sous cette douce lumière  d'hiver.

Des travaux récents lui ont redonné son lustre premier. Il faut dire qu'elle se remet tout juste d'un incendie qui, en janvier 1972, a détruit toute sa toiture. Un chalumeau mal éteint et voilà la toiture qui est partie en fumée. Les dégâts sont très importants. 

L'incendie de la cathédrale de Nantes en 1972
L'incendie de la Cathédrale Saint-Pierre et Saint Paul en 1972 (photo du Net)

Commencée en 1434, elle ne fût terminée que 457 ans plus tard, en 1891. Les travaux débutent à bon train  et en 1598 le portail est terminé lorsque Henri IV vient signer l'Edit de Tolérance ( qu'on connait sous le nom d'Edit de Nantes)  dans le château voisin des Ducs de Bourgogne. 

Mais par la suite les travaux piétinent et pendant la Révolution elle sert d'arsenal et d'écuries pour l'armée. Elle frôle même la destruction pour permettre l'ouverture d'une grande avenue. Sauvée de justesse, elle sera finalement inaugurée et consacrée en 1891. Elle n'en a pas, pour autant terminé avec les mauvais jours.

Le 15 juin 1944, les bombardements lui causent de gros dégâts qui seront à peine réparés lorsque l'incendie éclate le 28 janvier 1972.  

Comme la plupart des cathédrales, elle est située en plein cœur de ville mais elle bénéficie d'un vaste parvis en forme d'arc qui permet de prendre du recul et la voir entièrement.

Le parvis de la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes
Le parvis de la cathédrale Saint-Pierre et saint-Paul de Nantes

 

La cathédrale Saint-Pierre et saint-Paul de Nantes

Si la façade a perdu au fil des désastres et des révolutions toutes ses statues, elle n'en demeure pas moins  très élégante.

A son angle droit, une chaire était prévue pour célébrer des cérémonies en plein air.

Allez, venez, on va maintenant suivre les conseils de Victor Hugo...

 

Il écrivait sur une lettre à son épouse 

« J'ai vu à Nantes beaucoup de vieilles belles maisons, la cathédrale, édifice tronqué de toutes époques, qui contient une admirable chose, le tombeau de François II. Parles-en à ton père. Le château de Nantes a dû être magnifique. Ce qui en reste est d'une grande beauté, bien féodale et bien sévère. Je suis monté au moment où le soleil se couchait sur le clocher de la cathédrale et de là j'ai vu toute la ville, les quatre bras de la Loire, l'Erdre dont les bords sont charmants, le canal, tous les vieux toits, et la prairie de Mauves. C'est beau. Pas assez de clochers pourtant. En général, la Bretagne, si pieuse, ne brille pas par les églises ».

Entrons découvrir cette admirable chose... 

A l'intérieur, le portail  est également décoré et présente une belle porte ancienne équipée de serrures imposantes.

Un élégant escalier conduit aux clochers.

Avec 37,5 m la hauteur de la nef est impressionnante, ce qui n'est pas étonnant puisqu'elle est plus élevée que celle de Notre Dame de Paris qui ne fait, si on peut dire, que 33 mètres..

 

 

Les lustres sont classés monuments historiques.

Mais c'est sur le côte sud de la nef que se situe le magnifique gisant du dernier des Ducs de Bretagne dont parle Victor Hugo.

Le cénotaphe a  été commandé par Anne de Bretagne en hommage à ses parents, François II de Bretagne et Marguerite de Foix. Il a été réalisé en 1507 par Michel Colombe et réalisé en marbre de Carrare.

Aux quatre coins du monument des statues de femmes représentent les quatre vertus cardinales que tout homme devrait posséder.

La Tempérance, maître du temps qui passe

 

La Prudence, aux deux visages

 

La Justice, entre glaive et balance

 

La Force, en armure, elle vainc le dragon

François II, devenu duc de Bretagne par sa première épouse Marguerite de Bretagne, est représenté ici aux côtés de sa seconde épouse, la mère de Anne de Bretagne.  Ce tombeau est perçu comme un symbole de la fin du duché de Bretagne et du lien qui va se créer entre la France et la Bretagne par les mariages de Anne de Bretagne avec Charles VIII et Louis XII.    

 

 

Le lion soutient les armoiries de Bretagne

C'est avec ce lion à  l'allure martiale que  nous allons quitter cette cathédrale en nombreux points atypique. 

Passez de bons moments en balades réelles ou virtuelles et prenez-soin de vous.

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lemenuisiart 02/12/2018 21:29

Que la découverte est belle, les photos sont superbes et la visite se mérite bien.

En route Simone 02/12/2018 17:02

Surprenante cette prudence aux deux visages.
Je ne connais pas du tout Nantes. Elle est sur ma liste. Merci à toi pour cette première approche et à bientôt pour la suite du Morvan