Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une belle journée ici ou là

Des balades, des voyages, ici ou là , au jour le jour avec pour seule envie de s'émerveiller encore et encore

Le Donjon de Niort, un dragon et des légendes ( Deux-Sèvres)

Il n'a pas été facile de trouver un but de promenade avec les enfants en ce dimanche d'hiver. La majorité des sites touristiques n'ouvrira que pour les prochaines vacances scolaires. Alors la recherche a été longue et le choix restreint mais finalement, nous avons passé un bel après-midi et fait une belle découverte que j'ai envie de vous faire partager. 

C'est donc à une balade et une visite citadines que je vous invite. Nous resterons donc en Poitou mais aux confins de l'Aunis et de la Gâtine. C'est à Niort que nous allons.

Si Niort est aujourd'hui la préfecture des Deux-Sèvres, elle a été par le passé une ville d'importance majeure pour le Poitou et l'Aquitaine ( lorsque l'Aquitaine et le royaume d'Angleterre se trouvèrent unis par le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec Henri II Plantagenet).

Carte de Niort

A une soixantaine de kilomètres de la Côte Atlantique, elle est la porte d'entrée du marais mouillé plus connu sous le nom du Marais Poitevin. Elle conserve peu de monuments de son passé sauf un donjon à deux tours qui est devenu l'emblème de la ville et que nous allons visiter en famille.  

Au cours de notre promenade dans le temps nous allons rencontrer des reines, des légendes, un dragon mais aussi Mélusine et Gargantua. La promenade va être animée!

Après nous être garés sur l'inévitable Place de la Brèche, quasi déserte en ce dimanche de janvier,

nous traversons le cœur de ville historique avec ses rues commerçantes, laissant à notre droite le Pilori.

Il fut un temps l'hôtel de ville.

pour arriver sur la place des halles

Si ces belles halles de type Baltard ne datent que de 1869, l'endroit a été de tous temps un marché animé. Les halles médiévales de Niort étaient considérées comme les plus grandes halles du royaume. On les appelait "la plus belle cohue du royaume de France"

Sur les hauteurs, l'église Notre Dame domine la ville et dresse ses deux flèches dans un ciel bien chargé. On reparlera plus tard de sa fléche.

Sur notre gauche, voilà le donjon, massif et majestueux. Il  nous tourne le dos pour surveiller la vallée de la Sèvre Niortaise. Notons au passage qu'il y a deux Sèvres, la Sèvre Niortaise et la Sèvre Nantaise. C'est pour cela que le département s'appelle les Deux-Sèvres. Logique! 

L'accès se fait à mi hauteur de la tour ronde. Il est malcommode mais c'est quand même le but d'un édifice défensif que d'être peu accessible, non? 

Mais pour y entrer, il faut abandonner un moment les trottinettes. Cela demande réflexion et force de persuasion pour qu'enfin elles soient confiées au personnel de l'accueil qui acceptera très aimablement de les surveiller. Rien n'est plus précieux qu'un cadeau de Noël tant attendu...

C'est ainsi que, désencombrés, nous allons visiter ce monument parfaitement rénové et entretenu, ce qui mérite d'être souligné car ce n'est pas si fréquent. La visite nous fera parcourir les deux tours,  des terrasses aux cachots. On monte, on descend, on remonte et on redescend par des escaliers de pierre, rustiques et étroits, pour le plus grand plaisir des enfants.

Les salles au centre du donjon permettent de se représenter la ville telle qu'elle était au Moyen-Age et jusqu'au XVIIème. Enserrée dans une ceinture de remparts clos, de 2700 mètres de long, elle était déjà une ville active, commerçante et aux savoirs-faire artisanaux variés.

Une maquette permet aux enfants de repérer l'organisation de la ville. Ils y ont passé beaucoup de temps

" Tout, comme ma soeur..."

"De plus haut, c'est encore mieux"

La ville s'était organisée et développée le long du fleuve. Parce que la Sèvre Niortaise n'est pas une rivière mais un fleuve, côtier qui se jette dans l'Océan Atlantique dans la baie de l'Aiguillon, face à l'île de Ré, le port connaissais un trafic intense.

Sa situation lui permettait de commercer facilement avec l'Angleterre et d'autres pays. Mais si la communication est facile pour les marchandises, elle l'est également pour les envahisseurs.

 Les premiers envahisseurs furent les Normands. Ils ont incendié le premier ouvrage défensif en 1104.

L'histoire de ce donjon commence juste après. En 1152, le Comte d'Anjou épouse Aliénor d'Aquitaine.

Résultat de recherche d'images pour "mariage alienor d'aquitaine et henri plantagenet"

Elle fût reine de France par son précédent mariage avec Louis VII et apporte en dot une immense fortune composée essentiellement des terres d'Aquitaine dont elle a hérité de son père.

Pour protéger ces biens celui qui est désormais le roi d'Angleterre, Henri II, décide la construction d'un ouvrage défensif majeur. La construction commence en 1180.  Il ne pourra l'achever avant sa mort et ce sont ses deux fils  Richard Coeur de Lion puis Jean Sans Terre qui le termineront.

Uns scénographie très bien faite permet de suivre les étapes de la construction. 

 

Il est conçu comme un ouvrage de défense de la ville. Aliénor d'Aquitaine n'y habitera jamais lui préférant son palais de Poitiers. Il n'est pas bien confortable et il faut attendre 1587 pour que Catherine de Médicis en visite dans la région décide d'accoler une tour ronde et d'y ouvrir une porte pour en faciliter l'accès (la porte par laquelle nous sommes rentrés)

Il faudra encore quelques siècles pour ouvrir des fenêtres dans les murs aveugles et lui donner son aspect actuel.

                                 Fichier:Donjon plan Girault.jpg

 Le donjon traverse des périodes sombres et après de nombreuses périodes d'oubli il est transformé en prison. La Révolution le laisse en triste état mais la ville le rachète en 1791 et commence la restauration en 1820. Elle détruit les remparts qui le protègent en même temps que ceux qui enserrent la ville. 

Puisque nous parlons des remparts de la ville, il est temps de vous parler de la serpe. Nous sommes dans une zone marécageuse qui provoque peurs et angoisses à la population.

Au cours de notre balade en centre ville,  nous avons rencontré des dragons. D'abord sur les plots qui guident le circuit touristique.

 

 

puis le long des rues piétonnes. C'est la Serpe, un immense serpent à tête de dragon qui ressemble un peu à Nessie, le monstre du Loch Ness.  Cette serpe est à l'origine d'une légende familière dans la région. je vous la conte.

                               

La légende du dragon des Marais

 La terreur règne dans la ville médiévale. Un monstre a fait sa tanière dans les marais, près de la porte Saint Jean. Il terrorise la population en se faufilant dans les rues, les maisons, les jardins à la recherche de nourriture. Il engloutit dit-on, les enfants d'une seule bouchée. Mais il fait aussi festin d'hommes et de femmes attrapées ici ou là. Il ne fait pas bon traîner dehors à la nuit tombée.

Voilà qu'un jour, Jacob Alloneau, un déserteur, est condamné pour sa conduite. Il quémande la liberté en prenant l'engagement de tuer le dragon ce qui lui est accordé

Il s'équipe d'une épée, d'un couteau tranchant et d'un casque  de verre et s'élance à la poursuite du dragon. Il le trouve et après une lutte acharnée parvient à le toucher à la gorge. Le monstre  s’effondre dans un flot de sang.  Tout à son bonheur d'avoir tué le dragon et donc retrouvé la liberté, l'homme retire son casque. C'est alors que dans un dernier sursaut, le dragon le mord à la figure, lui injectant son venin. Ils meurent ainsi, tous les deux.

La population, si heureuse d'être débarrassée du monstre transporta le monstre et Jacob Alloneau à travers la ville et on les enterra ensemble.  Une tombe gravée d'un chevalier et d'un dragon a été retrouvée dans un cimetière proche.  Alors, légende ou vérité?

C'est une légende tenace que la presse locale réactive régulièrement comme dans cet article de presse.

https://www.lanouvellerepublique.fr/niort/a-niort-le-dragon-serpente-toujours-dans-l-imaginaire

Reprenons la visite. Les murs épais attestent de la solidité et de la résistance des murs aux assauts

des assaillants et du temps.

 

Le  Donjon de Niort, un dragon et des légendes ( Deux-Sèvres)
Le  Donjon de Niort, un dragon et des légendes ( Deux-Sèvres)
Le  Donjon de Niort, un dragon et des légendes ( Deux-Sèvres)

A l'étage supérieur, sous les combles, des jolis meubles locaux et une reconstitution d'un foyer poitevin sont présentés.

 

Des armoires joliment travaillées et un lit hautement perché me rappellent les meubles de famille.

 

Une armoire à portes décalées typique d'un village proche.

 

Nous voici arrivés sur la terrasse. La vue à 360° embrasse la ville et le marais.

Du côté de la ville, les tours de l'église Notre Dame dominent la cité.

Ah mais, il manque une pierre en haut de la flèche. Vous la voyez?  Non ? C'est encore une légende qui cette fois met en scène Mélusine.

 

Mélusine et la pierre de la flèche de l'église Notre Dame

Fille du roi d'Albanie, Mélusine ayant comploté contre son père Florimont reçu de sa mère un sort qui la transformerait en femme serpente tous les samedis,  à moins qu'elle ne trouve l'amour et que son mari respecte son secret, alors, seulement, elle pourrait rester dans le monde des mortels. Elle épousa Raymondin et eut 10 garçons qui devinrent les Comtes de Lusignan mais un jour, Raymondin perça son secret et Mélusine mi femme, mi serpent, s'envola dans un cri déchirant pour ne jamais revenir et rester à tout jamais dans le monde des fées.  

Mélusine  était un(e) bâtisseur(euse) exceptionnel (le), transportant les pierres dans sa robe de voile. Quand on est fée, tout est facile. On lui attribue de nombreux monuments de la région dont l'église Notre Dame de Niort.  Une nuit qu'elle avait entrepris de construire l'église, elle prit du retard car un humain l'ayant découverte, elle dût se cacher un moment. Ses pouvoirs s'arrêtant au chant du coq. elle s'affaire pour terminer son ouvrage mais le coq se met à chanter et elle n'a pas eu  le temps de poser la dernière pierre de la flèche. 

Et la flèche de l'église est parait-il restée ainsi depuis.

Tournons nous maintenant du côté du marais. Le marais mouillé est un vaste espace ou les canaux remplacent les chemins et où il est très agréable de se promener en barque aux beaux jours.

Mais comment ce marais a-il pu se créer?

 Par-ici, on a une idée!

Gargantua et le Marais Poitevin

Il se dit qu'un jour, Gargantua revenant de la Rochelle ou il avait fait moultes agapes et libations eut envie de se soulager. Il posa un pied sur la cathédrale de Luçon et un pied sur la flcèhe de l'église Notre-Dame et se laissa aller à ses besoins. C'est ainsi que serait né le marais mouillé. 

Quand vous visiterez le Marais Poitevin, oubliez cette légende!

Nous terminons la visite du donjon par les cachots qui présentent les objets trouvés dans les différentes fouilles de la région ainsi que quelques pierres tombales anciennes richement sculptées comme celle-ci trouvée non loin, à Javarsay.

 

Nous avons tous, petits et grands apprécié cette visite et,ayant récupéré les trottinettes nous avons pu nous promener dans les parcs aménagés sur l'autre rive de la Sèvre.

 

Encore quelques coups d'oeil sur le donjon et la Sèvre et il est l'heure de rentrer. Demain, il y a école pour tout le monde.

Merci de m'avoir accompagnée dans cette belle balade d'hiver.

Passez une belle journée... ici ou là.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

manou 05/02/2020 08:20

Je ne comprends pas comment j'ai pu raté tous tes derniers articles. Il faut dire que j'ai un bug dans le reader d'overblog et que je l'ai signalé, je reçois certaines notifications en double voir en triple et pas les autres...mais le bug disparaît puis revient alors je n'ai plus envie de le signaler ! En tous les cas tu me fais découvrir une jolie région car à Niort je n'ai toujours fait qu'y passer sans jamais m'y arrêter !

Taniélie 05/02/2020 10:38

Mais oui, Niort n'est souvent qu'une sortie d'autoroute. J'y passe très souvent mais jamais, je n'avais pris le temps d'y passer une journée. Comme quoi on a souvent des choses très intéressantes près de chez soi et qu'on ignore par manque de temps ou de curiosité. Et puis je ne pense pas toujours à faire des articles.... J'ai beaucoup de brouillons commencés, il faut que je me mette sérieusement à les terminer.... Belle journée à toi

virjaja 01/02/2020 13:22

ça me fait regretter de ne jamais avoir visité Niort quand j'habitait pas trop loin! ça a l'air beau! merci. bisous et bon weekend. cathy

Taniélie 01/02/2020 13:45

Mais moi j'habite toujours pas très loin de Niort et c'est la première fois que j'y fais une visite non professionnelle! Tu as raison, il faut regarder près de chez soi mais, toit, tu le fais régulièrement et j'apprécie beaucoup.
Grosses Bises